Néologie sémantique et corpus : une rencontre de méthodes - Tübingen avril 2010

lundi 1er février 2010

Néologie sémantique et corpus : une rencontre de méthodes

29-30 avril 2010
Université de Tübingen, Institut d’études romanes

Comme dans les autres domaines de la linguistique, l’informatisation des moyens d’analyse a profondément changé les objectifs et les méthodes de la veille néologique.
Les observatoires de néologie disposent ainsi aujourd’hui, pour l’exploration de vastes corpus numériques, d’outils performants d’identification et de classement des néologismes, ainsi que d’établissement de leur entrée dans l’usage.
Cependant ces avancées technologiques ont essentiellement bénéficié au repérage de la néologie formelle, tandis que la néologie sémantique continue, à bien des égards, de défier la détection semi-automatisée. Comment ce défi est-il relevé aujourd’hui, avec quelles méthodes et par quelles approches ?
Entre autres thèmes possibles, ces journées d’étude invitent ainsi à faire le point, à échanger et à débattre sur :

- Les solutions techniques et logicielles existantes et les projets envisagés, en particulier concernant l’analyse des cooccurrents et l’étiquetage sémantique des ressources lexicales ;
- La constitution des corpus en vue de l’étude de néologismes sémantiques : par exemple à propos de l’intégration des traditions discursives (les genres, en particulier) pour l’étude de la nouveauté lexicale, ou encore par rapport à la “périodisation” des corpus, concernant les phases et les rythmes d’usualisation des néologismes ;
- La diversité des procédés néologiques, sa prise en compte, son traitement : des procédés connus de création néologique (métaphore, métonymie, restriction – extension de sens) aux procédés oubliés (paradoxe, euphémisme, antiphrase, etc.) ;
- Les théories sémantiques qui fondent les méthodes : leurs apports spécifiques au problème de la néologie, les difficultés de leur application, et ce qu’exigent encore ces théories de la détection automatisée.

Les contributions pourront choisir d’exposer la méthodologie d’une approche particulière, de présenter les présupposés et les résultats d’une étude de cas, et/ou d’argumenter un point de vue critique, notamment en soulignant les difficultés actuelles et les pistes de recherche possibles.

Les propositions de communication sont à adresser par courrier électronique (christophe.gerard@gmx.de) jusqu’au 15 février 2010 sous la forme d’un titre et d’un résumé de 200 à 300 mots + références bibliographiques.
La réponse aux propositions sera envoyée avant le 20 février 2010.

Les langues de travail seront le français et l’anglais.
Il est prévu que les travaux de ces journées fassent l’objet d’une publication.

Conférenciers invités :

- Armelle Boussidan (CNRS/L2C2, Université de Lyon).
- Dr. Lothar Lemnitzer (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften)
- Coralie Reutenauer (CNRS/Atilf, Nancy).
- Prof. Jean-François Sablayrolles (CNRS/Université Paris 13).

Organisation :
- Dr. Christophe Gérard (Université de Tübingen).
- Prof. Johannes Kabatek (Université de Tübingen).




Documents joints :

info document (Word - 198 ko)
info document (Word - 198.5 ko)

©2008-2015 Association des Germanistes de l'Enseignement Supérieur :: SPIP ::